5, rue du Sentier

LES CARNETS DE L’ANGE AVEUGLE – Le Paris de Balzac n’existe pas

20 décembre 2009

5, rue du Sentier

Dans Le Bal de Sceaux, Maximilien de Longueville remet sa carte de visite au comte de Kergarouët, l’oncle de la belle Emilie de Fontaine. Il habite au 5, rue du Sentier.

balzac-109

Façade très étrange. Pas de numéro visible. Entre le 3 et le 7. Déduction. L’immeuble semble encastré dans une banque qui fait l’angle, rue Réaumur. Malgré la maigre annonce rouge d’un show room, il paraît désaffecté.  La noblesse parisienne a abandonné la rue du Sentier au moment de la Révolution, ce qui rend la position de Maximilien de Longueville d’autant plus ambiguë.

Heureusement, une moto est posée là, en l’attente de je ne sais quel héros de roman. Dans la vie réelle, je n’aime pas les motos. Mais comme motif photographique, je trouve ces machines plutôt intéressantes. Elles ne brisent pas l’image comme toutes ces voitures banales, sans âme, qui rendent la photographie urbaine si laborieuse. Un motif de solitude, d’érotisme et de mystère. Curieusement, au dessus de cette moto, sur le mur, un graffiti bleu assez similaire à celui qui accompagnait cette autre moto, photographiée  cet été dans le quartier Santos de Lisbonne.  Eça de Queiros retrouve Balzac.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.