Libérez Navalny !

Cet après-midi, pas de promenade. Une amie russe m’informe qu’une manifestation de soutien à Navalny va se tenir à 17 heures devant l’Hôtel de Ville. Son père, un éminent chercheur, membre de l’Académie des Sciences de la Fédération de Russie, a signé une pétition en faveur de la libération du prisonnier devenu l’ennemi principal de Vladimir Poutine.

De Saint-Petersbourg, un autre amie diffuse un message d’Anton Dolin, Rédacteur en chef du magazine Cinéma art. Je vous le livre dans la traduction, sans aucun doute approximative, que m’en donne Google Translate.

« Pour une raison quelconque, beaucoup considèrent la situation actuelle comme difficile et, pour ainsi dire, ambiguë. Pendant ce temps, tout est soudainement devenu extrêmement simple. Ni les compétences analytiques ni les connaissances particulières ne sont nécessaires pour comprendre cela. Il y a un an (3, 5, 7, etc.), nous pouvions discuter, briser nos voix, sur la position de Navalny, sa plate-forme politique et son programme, sur ses méthodes, sur son intonation, sur la qualité de la rhétorique et du graphisme dans sa vidéo. Enfin, sur son avenir politique. Maintenant, tous ces sujets ont considérablement perdu de leur pertinence. Vous pouvez simplement les oublier. Sous nos yeux, il y a une destruction ouverte (contrairement au récit de l’empoisonnement, où un semblant de secret a néanmoins été observé) par l’état de destruction d’une personne qui a osé s’opposer et critiquer les autorités. Ouvert – mais hypocrite: personne au pouvoir n’a jamais admis les raisons qui les ont poussés à mépriser leurs propres lois au nom de cet acte d’intimidation cannibale. Après tout, Navalny est emprisonné pour avoir «violé les conditions d’arrestation», n’est-ce pas; Et cela malgré le fait que déjà chaque élève du primaire, chaque retraité, chaque concierge immigré sait parfaitement pourquoi il est emprisonné et pourquoi il meurt publiquement. Donc, encore une fois, tout est simple. Et cela ne dépend pas (vraiment!) De vos opinions politiques. Soit vous soutenez le droit de l’État de traiter ouvertement, cyniquement et impitoyablement ceux dont les opinions et le comportement ne lui plaisent pas (et soyez toujours prêt au fait qu’un jour l’État n’aimera pas quelqu’un de vos proches ou vous-même). Ou pas. Navalny ici n’est ni plus ni moins qu’un exemple clair de la façon dont cela se passe. Eh bien, et toujours une personne vivante, dont le destin met à l’épreuve notre capacité d’empathie. Je propose de revenir à des conversations fascinantes sur ses points de vue, ses goûts, ses méthodes et son timbre de voix immédiatement après sa sortie.« 

Il n’y a rien de plus ajouter. Il est clair que la Fédération de Russie, en emprisonnant un des principaux opposants au Président Poutine et en refusant de lui accorder le soutien médical qu’il réclame, le pousse à la mort. Le temps presse. Dès le 4 février, les responsables du Conseil de l’Europe (dont la Fédération de Russie est membre) ont solennellement lancé un appel au respect des droits de l’homme. Poutine ne semble pas l’entendre. Les manifestations de soutien se sont multipliées aujourd’hui à Moscou, malgré la répression.

Où est la « Maison commune » dont l’adhésion de la Russie au Conseil de l’Europe portait l’espoir ?

Album complet ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.