Bribes de confinement. 2. Du 1er au 30 avril 2020

30 avril 2020

Sonia, vous êtes merveilleuse. Je ne vous ai jamais entendue interpréter les sonates de Beethoven. Y-a-t-il une (dé)raison ?

Message à Alain Bourges : « Merci de penser à moi et de me proposer de m’associer au mythe de cette belle Inconnue de la Seine. Je ne sais si je puis être bon dans ce type d’exercice. C’est un privilège qui ne devrait être réservé qu’aux grands artistes. Rilke, Aragon, Man Ray…Je puis me flatter d’avoir été le dernier à acheter son masque rue Racine, mais est-ce suffisant pour avoir le droit d’en parler ? Comment imaginez vous cela ? Un récit pré-enregistré ou un entretien ? Une approche historiographique ou un récit subjectif ? Il faudrait me donner un peu de temps. A la fois parce que je devrai peser mes mots et parce que je suis pour l’instant dans une phase très stérile. Depuis deux mois, je n’ai rien fait de bon si ce n’est de l’humour noir avec mes amis. Merci encore d’avoir pensé à moi. (…) Mon inquiétude est que ce masque – un peu comme l’arbre dans In the Mood for Love – est dépositaire de quelques uns de mes secrets, qui, par définition, n’ont pas vocation à être dévoilés. J’essayerai d’en inventer d’autres. »

29 avril 2020

Photo de André Lange-Médart.


Il m’est arrivé un jour de croiser Maggie Cheung à Cannes. J’ai maintenu une distance stellaire. Un quidam qui me précédait a murmuré « Maggie Cheung ! Elle est tellement belle que j’ai failli m’évanouir ».

L’image contient peut-être : 1 personne, assis et intérieur, texte possible qui dit  ’To avoid infecting other!’
La belle Maggie Cheung nous le disait déjà en 1988 (« As Tears Go By », Wong Kar-Wai)

Qui reconnaîtra cet homme masqué ?

La Justice belge a des délicatesses inattendues. Mon frère et moi venons d’êtres condamnés par le Tribunal d’instance de Liège à payer « en parts viriles » les frais d’enregistrement, de greffe et d’hypothèque pour l’héritage d’une vieille tante aimée qui nous avait désignés légataires universels. Je ne sais si être héritier est un délit ou un crime, mais me voilà condamné ! Qui organisera un comité de soutien ?

28 avril 2020

Bien longtemps après, lorsque nous en serons aux souvenirs, restera celui des offrandes quotidiennes de Sonia Wieder-Atherton. Ici jouant Couperin, avec Anouk Grimberg disant un poème de Nâzim Hikmet.


Lionel, que serait la présence lointaine sans la Wifi ?

27 avril 2020

L’Etat de droit n’est pas un don de Dieu, nom de Dieu ! Mais le résultat de conquêtes historiques, certes encore partielles et inachevées. Aucune métaphysique dans cette histoire, si ce n’est celle de l’Histoire. D’où mon hostilité, mêlée d’inquiétude, aux divers populismes ambiants, dont on voit bien que la plupart des propagandistes n’ont pas une idée très précise de ce que signifient les droits de l’Homme.

Confinement avec géraniums

Je doute que Macron puisse être traîné devant les tribunaux. « Le président de la République n’est pas responsable des actes accomplis en cette qualité, sous réserve des dispositions des articles 53-2 et 68. Il ne peut, durant son mandat et devant aucune juridiction ou autorité administrative française, être requis de témoigner non plus que faire l’objet d’une action, d’un acte d’information, d’instruction ou de poursuite. Tout délai de prescription ou de forclusion est suspendu. Les instances et procédures auxquelles il est ainsi fait obstacle peuvent être reprises ou engagées contre lui à l’expiration d’un délai d’un mois suivant la cessation des fonctions. » — Article 67 de la Constitution de la Cinquième République française dans sa rédaction en vigueur depuis le 24 février 2007

A propos de sénateurs, j’aimerais bien retourner aux jardins du Luxembourg, où je fis ma dernière promenade et qui me semblent à présent si loin.

Mais non je ne suis pas French Lacan Lacan !

J’ai revu hier 2046 de Wong Kar Wei et je ne sais plus quand j’en suis.

Aucune description de photo disponible.

26 avril 2020

Il y a des nuits où j’avais mal à la poitrine. Je craignais d’être infecté, mais je crois que c’était plutôt l’angoisse et une petite bronchite. Aujourd’hui, j’ai même osé un cigarillo.

Fenêtres grandes ouvertes. Soleil. Rue calme. Air doux. J’écoute Bidu Sayão qui chante « Una voce poco fa ». Souvenirs des dimanches après-midi. Mon père mettait les pleins volumes à la radio. Nous descendions au jardin et, de l’étage, provenaient les effluves de l’émission « Opéra et bel canto ». Qui nous rendra l’insouciance de Rossini, les après-midi de printemps?

Mon ami Charles François, confiné depuis bien plus longtemps que nous, met de l’ordre dans ses archives numériques. Il m’envoie cette photo compromettante.

S&P, les croupiers du capitalisme, n’ont finalement pas dégradé la note de l’Italie. Sur Twitter, je me suis abonné au compte de Holger Zschaepitz, réputé un des meilleurs market analysts allemands. Je n’y comprends rien ! Exemple :

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Il est intéressant de noter le déni des trumpistes de l’extrême-droite française (André Bercoff, suivi par des militants du RN). La bévue de Trump leur est tellement inimaginable qu’ils se sentent obligés d’accuser les médias français de fake news.

Image

25 avril 2020

Collage de 3bis, Rue Oberkampf, 25 avril 2020
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-13.png

Première sortie depuis le 16 mars, dans le respect des règles. Beaucoup de monde dans les rues, même pour un samedi après-midi. Peu de personnes portent des masques. La plupart ne font aucun effort pour s’écarter et respecter les distances recommandées. Heureusement, Rue Saint-Maur, il y a peu de voitures et je marche au milieu de la voie. Beaucoup de boutiques fermées, mais notre voisin fleuriste vend à présent des fruits ; la petite boutique de couture, qui a été reprise il y a trois mois à un couple de vieux Arméniens, vend pour 5 euros de jolis masques lavables en coton qui s’affichent aux normes AFNOR ; une de mes librairies préférée pratique le « take away ». Nous croisons une jeune homme qui proclame : « Le 11 mai, révolution ! ». Quelques SDF endormis appuyés sur les murs, paraissent plus épaves encore que d’habitude. Sur l’Avenue, un chauffeur a perdu le contrôle de son véhicule et est allé emboutir le flanc de la voiture de la bande opposée. Il reste debout tout penaud, la tête basse enfouie sous de longs cheveux gris. Est-il ivre, endormi, sous le coup d’un somnifère ? L’autre conducteur est déchaîné. C’est un grand malabar chauve. Il l’interpelle ; « Comment peux-tu conduire dans un état pareil ? ». Il s’approche, comme pour le frapper. Un passant s’interpose. Nous hâtons le pas : une heure est brève.

Avenue de la République

Aujourd’hui, 25 avril, pensées politiques pour mes amis italiens et portugais et première sortie prévue dans une heure pour aller souhaiter bon anniversaire à Mathieu (ceci dans le strict respect des règles).

24 avril 2020

La décomposition du visage de la Dr. Deborak Birx, pendant que le POTUS évoque les injections de désinfectant pour soigner le COVID-19.

Boomer et sans balcon, je me sens vraiment dans une double minorité opprimée ! 

A Bruxelles, fermeture de l’Hôtel Métropole. J’y ai passé une nuit, en juillet dernier, pendant la canicule. Angleur, commune de mon enfance, venait de battre le record de chaleur de l’histoire de Belgique. Venu de Lisbonne à Bruxelles pour les funérailles d’un ami, j’avais obtenu une chambre à prix cassé via un site de réservation. Et lorsque je suis arrivé, toujours pour ce prix cassé, il m’a été proposé la suite François Weyergans, d’un kitsch raffiné. Je me suis souvenu du Gottfried Benn des Eblouissements de Pierre Mertens. Mis à part une riche famille arabe et leur servante philippine, l’hôtel semblait désert.

23 avril 2020

La Maire de Las Vegas propose que sa ville serve de ville contrôle pour mesurer les effets de la distanciation sociale. Je ne savais pas que la roulette russe y était pratiquée dans les casinos. 

22 avril 2020

Listons les bonnes nouvelles. « Le Puy-du-Fou perd un million d’euros par jour » déplore Philippe de Villiers sur RMC.

L’image contient peut-être : texte possible qui dit  ’Merci encore de nous avoir informés. Nos investigations ont déterminé que ce compte enfreint les Règles de Twitter: Altan Er mn#r3pT33yлA Altan_Arslaaan3 Infraction à nos règles relatives aux conduites haineuses. Nous apprécions votre participation pour améliorer l'expérience Twitter au bénéfice de tous. Vous trouverez plus d'informations à propos du signalement des comportements inappropriés ici.’
Je pratique depuis quelques semaines le signalement des propos haineux sur Tweeter. Apparemment cela marche. Je reçois des notifications et, vérification faite, les messages signalés ont disparu. Ce n’est pas une activité très amusante, mais, comme la désinfection, il vaut mieux s’en occuper.

Un tweet collector :

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

Rassure-toi, nous n’en sommes pas encore à la fin de l’immonde.

Listons les bonnes nouvelles. Le fast food a disparu : en région parisienne, les gens font trois heures de queue pour manger un cheese burger au MacDo.

Le compte Twitter de BHL analysé par Hoaxy.

Aucune description de photo disponible.

Le nombre de livres récents pour enfants et adolescents évoquant virus et épidémies parus ces derniers mois est étonnant. Je n’en ai recensé que quelques uns, facilement repérés dans les catalogues de Paris Librairie. Mais il y en a beaucoup plus. Ce phénomène éditorial me paraît une bonne indication de ce que la crainte de la pandémie (issue des alertes précédentes, Sras, Ebola, grippe H1N1,…) était dans l' »air du temps ». Traduite en fictions vendues aux enfants et adolescents, en livres, en films, la menace de la pandémie s’est-elle banalisée au point que les épidémiologistes eux-mêmes n’ont plus cru à sa réalité ?

Je suis jaloux. Personne ne me demande d'établir la liste de mes livres préférés, comme c'est la mode actuellement. A croire que je n'ai pas d'amis ! Livre 2. Celui-ci a été publié le 8 janvier 2020 par Albin Michel. A mon avis, l'auteur avait ses entrées chez Bill Gates. Synopsis "Tu visites un complexe scientifique ultra-moderne avec ta classe. Soudain, l'alarme se déclenche. Un virus extrêmement dangereux se répand dans l'air. Par chance, tu as le temps de t'injecter une nanoparticule qui te donne 30 minutes de répit. Autour de toi, les autres sont tous en train de muter en d'horribles créatures. Tu dois fuir, mais aussi trouver un antidote sinon... TU DOIS RÉAGIR ! À partir de maintenant, chacune de tes décisions compte : tu as 30 minutes pour survivre !"

Je propose une nouvelle lecture téléologique de l’Histoire : tout ce qui concerne le domos, la vie privée, la famille, la philosophie de l’ameublement, les romans anglais pour jeunes filles, l’eau, le gaz et l’électricité à tous les étages, le phonographe, la radio et la télévision, le frigidaire et la cafetière Nespresso, le minitel et Internet, les avatars du Deuxième Monde et les enfermements des jeux de télé-réalité n’avaient d’autre raison que de nous préparer au confinement.

21 avril 2020

Un voisin, sympathique avocat avec qui je partage la tâche, parfois pénible, d’assurer le Conseil syndical de la copropriété de l’immeuble, signale l’incroyable information suivante : la valeur du baril de pétrole texan est inférieure à zéro dollar. Je lui propose immédiatement que la copropriété se fasse payer pour acheter du fioul texan. Il ne m’a pas encore répondu.

Un peu de spectacle dans la rue. Intervention de pompiers avec grande échelle. Il ne s’agit pas d’un incendie. Un chat échappé ou une personne isolée à secourir dans une chambre de bonne ? Paris n’est pas un village. Je ne saurai problement jamais ce qui s’est passé là.

20 avril 2020

Message à R. : « J’aimerais pouvoir aller à la piscine, jouer avec Juliette et Alice, aller m’installer au bord du bassin du Palais Royal pour lire au soleil (ou à l’ombre), revoir les falaise du Cap Saint-Vincent, aller manger des pâtes à la saucisse dans le petit restaurant italien de la rue des Archives, qui s’appelle simplement le Paris-Rome,  boire de la vodka avec Katja et Jacques, aller acheter du fromage chez le crémier de la rue Saint-Maur, aller manger des pastais de nata à la petite lateria de la Praça do Principe Real, aller discuter avec les libraires de La Petite Egypte, regarder la jeunesse joyeuse aux terrasses des cafés des rues de Paris.

(…)

Je suis enfin arrivé à travailler aujourd’hui : j’ai écrit une demi-page !


Le Monde publie un article très intéressant sur la phylodynamique. Ce qu’il ne dit pas, c’est que l’étude de Cambridge University, critiquée par Andrew Rambaut,  est celle que l’Ambassadeur de Chine à Paris a citée la semaine dernière dans un article qui a fait scandale et lui a valu une convocation chez le Ministre des Affaires étrangères. Cette théorie des trois souches lui permet d’insinuer que ce n’est pas la souche chinoise qui a infecté l’Europe et les Etats-Unis. J’avais déjà vu des utilisations diplomatiques ou propagandiste de la génétique, mais dans la phylodynamique d’un virus c’est encore plus étonnant. Je me demande si il a trouvé l’étude de Cambridge tout seul ou si c’est Pékin qui l’a signalée à son corps diplomatique. »

Mon grand-père Edouard, grand lecteur d’Anatole France, ignora toute sa vie les auteurs de la Nrf, les surréalistes, Sartre, Camus et quasiment tout ce qui suivit. Pour lui, Anatole était le plus grand. J’ai toujours sa collection, quasi complète, de l’édition Calmann-Levi. Il a noté sur la page de titre des Dieux ont soif, qu’il avait acheté ce livre en 1942.

Mais – honneur à lui – il avait lu tout Jean Piaget et j’ai trouvé dans sa bibliothèque des éditions originales du Flâneur des deux rives et de la première traduction des Cinq leçons sur la psychanalyse.

L’image contient peut-être : plante, arbre, fleur, plein air et nature
Privilèges. Je n’avais pas encore remarqué que je puis voir ceci par la fenêtre de la chambre.

19 avril 2020

Pascal Durand écrit : « Il faut imaginer Heidegger confiné. ». Je lui réponds : « Les chemins ne mènent nulle part, donc cela ne change pas grand chose. Confiné, il ne fera donc point le périple des Jargonautes. »

Je me demande comment la série Coronation Street, dont le premier épisode a été diffusé le 9 décembre 1960 et le 10 000ème épisode le vendredi 7 février dernier, va intégrer le corona dans ses scénarios. Il lui a fallu beaucoup de temps pour insérer des thèmes tels que la contraception, l’homosexualité ou la société multiculturelle. Le Professeur George Wedell, fondateur de l’Institut européen de la communication, m’a raconté un jour qu’il était à l’époque du lancement Secrétaire général de l’Independent Television Authority. Il s’était fait piéger par un journaliste, qui, s’étant présenté comme un doctorant, lui avait fait dire que cette série idiote devrait être interrompue dès que possible. Publié dans le journal local, cette suggestion avait fait scandale. Depuis, George Wedell était persona non grata chez Granada Television. Après près de deux ans passé à Manchester (et m’être accoudé au comptoir du pub dans le studio), je n’arrivais toujours pas à comprendre un seul dialogue. Néanmoins, j’aimais montrer le premier épisode à mes étudiants bruxellois, ainsi que la parodie qu’en firent les Monthy Pythons. La série va-t-elle survivre à la pandémie ?

18 avril 2020

PHOTO DU JOUR
Il fallait y penser...
Quand je vous disais, il y a un bon mois déjà, qu’il ne fallait pas confondre distanciation sociale (social distancing) et effet de distanciation (Verfremdungseffekt) du communiste Bertolt Brecht…

Au chapitre XXVI (censuré par son frère) Xavier de Maistre m’apprend de quoi est mort Raphaël. Cela me rend celui-ci encore plus sympathique. J’aurais du le savoir plus tôt, mais j’avoue que je n’ai jamais lu le Vasari in extenso. « Cependant Raphaël, toujours attaché à sa passion, continuait en secret à se livrer aux plaisirs amoureux. Une fois il s’y adonna avec plus d’ardeur encore que d’habitude ; il rentra chez lui extrêmement fiévreux et les médecins crurent à une congestion. Comme il ne voulut pas avouer les désordres de sa conduite, les médecins le saignèrent imprudemment : affaibli, alors qu’il avait besoin de réparer ses forces, il se sentit perdu. Il fit son testament ; (…). Il mourut le jour de son anniversaire, le Vendredi-Saint, à trente-sept ans« .

L’image contient peut-être : texte

Mon ami Pascal Durand indiquait hier qu’il ne connaît pas de meilleure définition de l’information que celle de Nietzsche : « la fausse alerte permanente ». Ajoutons, écrit-il, que cette « fausse alerte » remplit, pour l’essentiel, un rôle lénifiant. De même que j’utilise rarement un marteau, j’ai peu lu Nietzsche. A son constat sur l’information, j’opposerais volontiers le célèbre aphorisme de Hegel sur la lecture du journal, prière réaliste du matin. Quand j’étais enfant, j’étais réveillé tous les matins par Le Soir qui tombait dans la boîte aux lettres en faisant clac et je me levais aussitôt, pressé de la lire avant mon père. Le problème est qu’aujourd’hui l’afflux d’information est permanent. Ces dernières semaines, je me suis pris à en chercher même pendant la nuit, sur l’écran de mon téléphone, sans enchausser mes lunettes. La prière continue, même laïque et réaliste, est un opium. Je commence aujourd’hui une cure de désintoxication.

Autre aphorisme de Hegel, datant de l’époque où il était rédacteur en chef du Bamberger Zeitung. « Ecrire un article de journal, c’est manger du foin ». Je traduis : « Ecrire un message sur Facebook, c’est prendre un café au bistrot du coin ». (A Bamberg, j’ai bu un excellent Lavazza face à la maison où Hegel écrivit la Phénoménologie de l’Esprit).

Conseils de lecture à un ami de Lisbonne, confiné dans la solitude.

Pascal Durand m’écrit quelques lignes bien frappées sur l’analyse que faisait Pierre Bourdieu de l’évolution des intellectuels soixante-huitards du « marxisme délavé » vers le néo-libéralisme. Je lui répond : « On pourrait aussi parler d’un Bourdivisme délavé qui conduit plus d’un à des opinions tranchées, sectaires, staliniennes. (Ce n’est évidemment pas toi que je vise ici). L’autre jour sur la page « Pierre Bourdieu un hommage », les européistes étaient qualifiés de traîtres. J’ai demandé si, n’étant pas français, j’aurais cependant le droit d’être fusillé. Il ne m’a pas été répondu. »

17 avril 2020

Le livre qu’il faudrait lire ou relire : L’aveuglement. Le bandeau d’origine portait « Quand nous refusons de voir la réalité ». J’espère que Marc Ferro, 96 ans, se porte bien. Il analysait dans ce livre divers moments de l’histoire du 20ème siècle où les dirigeants n’ont pas vu, n’ont pas voulu voir, les signes annonciateurs de catastrophes à venir. Rencontre inattendue des images. Je découvre aujourd’hui cette photographie de statues fantômes de Notre-Dame en chantier.

16 avril 2020

On vit de bons scoops et non de bon langage !

Katja et Jacques nous rendent visite. Nous nous parlons au téléphone.

L’image contient peut-être : personnes assises

Assis sur l’étroit appui de fenêtre de ma bibliothèque. L’air est très doux en cette fin d’après-midi. J’essaie de continuer la lecture de Xavier de Maistre, mais mon attention est détournée par un jeune couple qui baguenaude dans la rue tranquille. Ils ont garé leur voiture espace à l’ombre et prennent le soleil en s’appuyant sur la voiture d’en face. Puis esquissent quelques pas. Lui, style italien, crâne rasé, barbe fine, t-shirt mauve assorti au coussin de Xavier. Elle en salopette kaki, sac noir en bandoulière, chaussures roses. Chignon et longue mèche. Gironde. Ne sont pas très distanciés, au contraire, s’enlacent, se font des mamours. Je ne sais ce qu’ils attendent là. Ils sont très beaux.

Il semble que dans les prochains jours, le gouvernement français va fixer le seuil d’âge à partir duquel les « personnes agées » devront rester confinées après le 11 mai. Le seuil de 65 ans est envisagé. Si c’est le cas, sachant que j’aurai 65 ans le 26 mai, il me restera exactement quinze jours de liberté.
Que me conseillez vous de faire pendant ces quinze jours?

1. Rester à la maison et lire tous les livres qu’il me reste à lire.
2. Rester à la maison et écrire tous les livres qu’il me reste à écrire.
3. Passer quinze jours dans les rues de Paris pour photographier la fin du confinement.
4. Faire un tour d’Europe pour saluer une dernière fois les personnes que j’aime.
5. Passer quinze jours à méditer sur quel nouveau système philosophique et quelle éthique je vais choisir pour devenir un citoyen consciemment insubordonné.

15 avril 2020

Un philosophe compare les statistiques de mortalité pour dénoncer les politiques de confinement. Je le rebaptise Compte-Sponville.

14 avril 2020

L’image contient peut-être : texte
J’aurais dû lire le chapitre XIII du Voyage autour de ma chambre de Xavier de Maistre dès après le premier discours de Macron, annonçant « Nous sommes en guerre ». Aujourd’hui, il me parait fade.

Photo de André Lange-Médart.

Contribution de Mina au projet du Paul Getty Museum Challenge : William Michael Harnett, Nature morte avec homard fruits champenois et journal

13 avril 2020

Fichu virus, qui vient d’emporter un vieux camarade, Marco Dujardin, médecin et militant de la politique de santé populaire. J’ai connu Marco et Ivana au milieu des années 70, lorsque nous faisions partie de l’équipe de l’hebdomadaire Pour. Il revenait d’Erythrée où il était allé former des médecins pendant la guerre. C’est lui qui avait rendu possible l’intégration de Raffaella, arrivée d’Italie, à la Maison médicale de Seraing. Nous étions voisins Avenue des Marteleurs. Je l’ai perdu de vue lorsque j’ai quitté Seraing, puis la Belgique, mais je garde de lui le souvenir d’un camarade drôle et généreux et d’un médecin admirable. Je suis très ému. Amitiés et condoléances à Ivana, à toute la famille et à tous ses camarades.

J’apprends le décès de Jacques de Decker, grand patron des lettres belges francophones. J’avais fait sa connaissance en juillet dernier, aux funérailles de Robert Wangermée. Nous avions évoqué nos amis communs et il avait dit tout le bien qu’il pensait de l’école liégeoise de littérature. C’était un homme vraiment charmant. Jean Jeuniaux nous avait déposés au centre ville, devant une librairie spécialisée en BD. Je garderai le souvenir du patron des lettres belges francophones entrant avec gourmandise dans cette librairie…

Mémoires de guerre. Certains pouvaient écrire « J’étais à Londres » ou « J’étais dans le Vercors ». Nous pourrons écrire « J’étais sur Facebook, puis je suis passé sur Twitter »

Confinement Art Déco

En ce temps de confinement, je n’arrive guère à me concentrer sur un livre. Je n’en suis guère qu’au chapitre XII du Voyage autour de ma chambre de Xavier de Maistre, que j’ai eu l’idée de lire avant qu’Eric Chevillard ne le conseille aux lecteurs du Monde. Je sens que ce chapitre va m’occuper durant une partie de la soirée. J’en compare quelques éditions.

Je trouve que le laboratoire qui a inventé le Covid-19 a manqué d’imagination. Il aurait dû suivre l’exemple de l’Agence Havas, qui, au 19ème siècle, proposait un bulletin d’information pour les royalistes, un pour les bonapartistes, un pour les républicains. Il aurait ainsi été plus intéressant d’avoir sur le marché un virus pour les macronistes, un peu pour les insoumis, un pour les républicains, un pour les nationalistes rassemblés, etc. Chacun aurait dès lors pu choisir la thérapie à appliquer aux malades de son camp. Les élections ne seraient plus nécessaires : l’Assemblée nationale serait composée au prorata inverse du nombre des morts.

..;

Discours du Président de la République annoncé pour ce lundi. « Ceux qui s’attendent à une perspective de sortie de crise vont être déçus. Ce sera plutôt un discours churchillien », confie un membre haut placé de l’exécutif. Les larmes, nous les avons déjà. Il va promettre du sang ?

12 avril 2020

Message à Pascaline : « Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas envie de sortir. La peur, probablement. Peur de tomber sur un dingue, comme on en croise parfois dans le quartier. J’en ai encore observé un, tout à l’heure, sur le banc de l’avenue que je vois de la fenêtre de mon bureau. Quelqu’un était assis, en train de lire, il s’est mis à faire des grands gestes autour de lui, à l’approcher comme si il s’agissait d’une proie. Le Monde a publié une carte du nombre de cas par arrondissement. Le 11ème est moins touché que le 20ème, le 18ème ou le 13ème, mais il l’est plus que les arrondissements du centre et de l’ouest. Nous ne pourrons probablement pas aller au Portugal cette année. J’espère que nous pourrons au moins pousser jusqu’à Liège. Je dois m’occuper de vider et de vendre la maison de ma tante Jo.

La mort rôde, mais aussi les haines.  Je crains qu’au moment du déconfinement, nous allons retrouver, décuplée, la violence des gilets jaunes. Ce gouvernement, et Macron lui-même, sont de plus en plus difficiles à défendre. Mais ce n’est guère mieux en Belgique (troisième après l’Italie et l’Espagne dans le nombre de morts par 100 000 habitants). L’université de Liège et un laboratoire de Seraing ont mis au point un test de dépistage très performant, qui a obtenu l’homologation européenne, commence à être acheté par d’autres pays, mais qui n’a pas encore reçu la validation de l’administration fédérale. La crise institutionnelle reste profonde, avec cette honte que la Belgique a été le seul pays à s’abstenir dans le vote sur la mise en place du fonds d’aide européen. »

11 avril 2020

L’image contient peut-être : océan, texte et eau

Le dernier numéro des Cahiers du Cinéma vient d’arriver. Le dernier par l’équipe actuelle, qui a démissionné après la ligne éditoriale « valorisation du cinéma français » annoncée par les nouveaux propriétaires. Beaucoup d’abonnés annoncent mettre fin à leur abonnement. Fin d’une époque.

En commentaire d’un message de Ian Christie, qui évoque un de ses grands-pères qui était Témoin de Jehovah : « My grandfather was a Wallon school teacher, of course atheist and radical socialist. When the Jehovah Witnesses were ringing at the door – what they used to do once a year – to propose a reading of the Bible, he was always answering « Oh yes. Please read me the story of Mrs Putiphar ». They were runing away without comments. »

Nous saurons peut-être lundi soir si la chloroquine sera adoptée par un RIC ou par un 49.3

Applaudissements à 20 heures. Depuis trois jours, nous avons pris l’habitude d’échanger un bref salut avec une des voisines d’en face, qui semble confinée avec son fils.

De quels financiers parlez-vous, Joëlle ? Les banques, les funds, les Ministres des finances ? Je pense qu’ils doivent être plus embêtés que nous. Les chiffres sont devenus tellement vertigineux qu’ils ne doivent plus faire sens, même pour eux. Il doit bien se passer pour l’instant une sélection darwinienne, mais, après, ils retrouveront leurs vieilles méthodes, en inventeront de nouvelles que nous ne comprendrons que trop tard. Je n’ai aucune idée de ce que va être le résultat des discussions européennes en cours, mais je crains le pire.

Sonia Wieder-Atherton. Ailleurs, vraiment ailleurs.

Les boîtes à livres interdites, accusées de faciliter la propagation du Covid-19. Titre d’un journal de confinement : J’irai cracher sur vos livres ? Sous pseudonyme comme il se doit. On n’est jamais assez prudent.

Aucune description de photo disponible.
Le traité d’obstétrique de mon arrière-arrière grand-mère, Léocadie Lambert, « sage-femme pour le plat-pays ».
Le premier livre de la famille Lange. Genèse mythique.
Le dernier opus de mon ami Photis Ionnatos : « Lorsque je sortirai… »

Ne plus citer son nom. Ecrire simplement « the current POTUS » ou « celui dont on ne peut écrire le nom de peur de se salir les doigts ».

10 avril 2020


Dans les commentaires des lecteurs du Monde, l’humanisme progresse à grand pas :

Dans les commentaires des lecteurs du Monde, l'humanisme progresse à grand pas.

New York, épicentre de la modernité. Une fosse commune dans l’île de Hart Island.

9 avril 2020

Je crois que nous ne nous rendons pas compte de ce qui se passe aux Pays-Bas. Même la NOS, radio-télévision de service public, caricature la question des eurobonds comme une opposition entre l’Italie, mauvaise gestionnaire, et 9 autres Etats européens. Le fait que la proposition des eurobonds émane aussi de la France, de l’Espagne, de la Belgique, du Luxembourg, de la Grèce, de l’Irlande, du Portugal de la Slovénie et soit soutenue par les 3 Etats baltes n’est pas mentionné. Il est vrai que la NOS est surtout occupée pour l’instant à trouver une alternative au Concours Eurovision de la Chanson.

Information en temps de crise : beaucoup de faits, trop de sauces idéologiques et de plats réchauffés, peu de vrais cuisiniers.

8 avril 2020

L’image contient peut-être : texte

Michel Onfray aura malgré tout servi à quelque chose : le Professeur Raoult explicite ses références en matière de philosophie de la science, en l’occurence Paul Feyerabend théoricien anarchiste de la science, auteur notamment de « Contre la méthode ». Vivement un RIC sur la chloroquine !

La destruction du service public de la poste est dramatique en France aussi : les deux bureaux de poste de notre quartier ont été définitivement fermés. C’est un supermarché du coin qui assure la distribution des recommandés ! Et avec l’affluence du début de confinement, ce supermarché a suspendu ce service pendant quelques jours.

7 avril 2020

Jean-Luc Godard fume toujours. Une interview est diffusée sur Instagram.




J’aimerais déposer le brevet d’un réveil – dont l’usage devrait être rendu obligatoire par une directive européenne – s’arrêtant automatiquement après dix coups. Je me souviens d’avoir rencontré un jour un fou respectable expliquant qu’il se réveillait toujours avant que son réveil ne sonne pour pouvoir éteindre celui-ci et ne pas déranger ses voisins.

6 avril 2020

Message à R. : « Durant quelques années, à Strasbourg, nous avons habité un appartement dans une maison du quartier Tivoli. Quartier bourgeois, à deux pas du Parlement européen et d’ARTE. Il y avait un jardin, qui n’avait pas été entretenu avant notre arrivée, mais qui avait de beaux restes. Un magnifique magnolia, une aubépine, des rosiers, une pelouse parfois trouée par les terriers de ragondins. Les deux premières années, je me suis mis au jardinage. Comme tu t’en souviendras, je n’ai pas la main très verte. Mais je plantais des ancolies, des pivoines et d’autres fleurs dont j’ai oublié le nom. J’ai aussi planté deux glycines de Chine sur la façade, qui montaient jusqu’à notre balcon et qui en été enivraient l’air..  Le chat du voisin, tout blanc, s’appelait Sheleg,  ce qui signifie la neige en hébreu. Il venait passer les après-midi au soleil, sur le divan de la véranda. Il me reste un album photo de ce que j’appelais « notre petite Chine ». »

Paribas-Fortis m’écrit aujourd’hui à propos de mon Flexi-Life : « Vu les récentes évolutions des marchés financiers, le taux technique d’intérêt pour les primes versées à partir du 1er avril 2020 sur ce contrat d’assurance-vie passera de 0,75 % à 0,50 % ». Une manière de m’indiquer que, techniquement, il serait temps que ma vie se rigidifie.

Ulysse enchaîné à son mât, c’était aussi de la distanciation sociale, non ?

Le mot vulcanisation m’a toujours intrigué. Je ne suis jamais arrivé à me forger une idée.

Revu Suzhou River de Lou Ye. Ce film a vingt ans et n’a pas pris une ride. Documentaire qui se transforme en histoire de passions amoureuses. Caméra subjective, tremblante, furtive. Sirènes. Jeunesse. Bonheur de sentir cette vie chinoise au-delà des clichés que l’on nous en donne ces temps-ci. Souvenirs, aussi.

Au cas où vous ne l’auriez pas vu, c’est sur Wikipedia que Michel Onfray a trouvé la liste des assassins responsables de la situation actuelle. C’est une source sûre que les tribunaux devraient utiliser plus souvent.

Moi, enfant de la social-démocratie athée et laïque, un Jésuite ? C’est drôle ! Je le prends comme un compliment. Amen.

Revu hier Vivre« de Zhang Yimou, qui me ramène à une de mes objets préférés. Dans mon égrégore, un vrai miroir magique.

Je commence à établir la liste des livres dont je n’ai pas un besoin immédiat (en fait, je lis très peu de livres ces jours-ci), mais que j’irai acheter pour soutenir mes librairies préférées.

5 avril 2020

Le célèbre aphorisme de Woody Allen sur l’éternité est trop court, surtout au début.

4 avril 2020

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est image-30.png

Un journaliste qui vit de la narration de complots n’est-il pas aussi en conflit d’intérêt ?

Je me souviens, à propos du cycle sur le cinéma expressionniste avoir écrit un petit papier où j’évoquais la chance de Jean-Louis Bory, qui, habitant dans le 5ème, se vantait de pouvoir aller au cinéma en pyjama. Les temps ont bien changé, puisqu’il parait qu’à présent le pyjama est la tenue de cours.

« Prison » de Paul Verlaine. Beaucoup de versions mièvres ou agaçantes sur Youtube et Qobuz. Mais je découvre celle-ci, par Marion Rampal, qui ne me déplaît pas 

3 avril 2020

Photo de André Lange-Médart.
Paris, 17 décembre 2019. Le personnel de santé manifeste contre la politique du gouvernement. Terrible prophétie !

Je cherchais l’article d’un historien que tu as posté hier et qui critiquait les « Excel boys ». En tant qu' »Excel papy », je ne me suis senti qu’à moitié visé, mais je trouve que critiquer les macronistes comme des « Excel boys » me paraît un mauvais angle d’attaque.

Il faudra un jour publier une anthologie de la bêtise en temps de crise.


Notre pratique de collectionneurs (de livres, CD, DVD,…) est, avouons le, en grande partie une manière de nous définir. Dès lors que pratiquement tout est disponible, cette pratique n’est plus guère qu’un archaïsme historique. Je me demande ce que nos héritiers feront de nos collections, qui n’ont guère de sens que pour nous-mêmes.

Je suis en train de faire une étude détaillée sur la fausse vraie information selon laquelle la Région Lombardie aurait fait appel au Venezuela de Maduro. Information largement relayée par les communistes, castristes, chavistes et maduristes pour réhabiliter le Président vénézuelien et par les souverainistes pour discréditer l’Union européenne.

2 avril 2020

C’est nin co fini cette histoire ?

Je ne sais ce qu’il en est en Belgique, mais Le Canard enchaîné rappelle opportunément que, parmi les locuteurs du déni, on trouve aussi les médecins les plus réputés. Il faudra certes analyser ce qui a rendu possible ce déni, mais, sur ce point, peut-on blâmer les décideurs politiques quand les experts eux-mêmes minimisaient le risque ? Je ne parle évidemment pas ici de la politique de santé de ces dernières années, et de ces conséquences, qui est un sujet bien plus important.

Each fake news should be identified and criticised with precision. Just saying that there are fake news does not help, quite the contrary.

1er avril 2020

Bribes de confinement 1. Du 11 au 31 mars 2020

Bribes de confinement 3. Du 1er au 11 mai 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.