Au Palacio Cadaval (Evora). – Photo André Lange-Médart

Il y a dans l’art portugais de l’époque baroque – poésie, peintures, azulejos – une fraîcheur pastorale, naïve et tendre, que l’on ne trouve nulle part ailleurs en Europe, même dans la chère Italie.

18 mars 2017.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.