Des morts, victimes d’attentats, tantôt proches, tantôt lointains ; des maîtres admirés qui s’en vont. Tant et tant. Plus de mots, plus de larmes, même plus de rhétorique de l’indignation. Notre quotidien devient une nécrologie numérique, routine de deuils habitués. Solitaire, je m’accroche à ma table de travail pour améliorer ma connaissance d’une langue aimée. Et faute d’y être, j’essaye de traduire en portugais la « Lettre de Lisbonne » qu’écrivit Valery Larbaud, dans la tranquilité d’une chambre louée, il y a si longtemps. La tranquilité du passé est baume bien ténu.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.