« You were warned »

    manchester

 Pour quelques amis            anglais.

Aujourd’hui, je pense avec nostalgie aux deux années que j’ai passées, en 1986 et 1987, à Manchester, travaillant au sein de ce qui était alors l’Institut européen de la communication. C’était il y a trente ans ; les années noires du tatchérisme. Le directeur de l’Institut, George Wedell était un libéral social, européen convaincu, partisan d’un marché commun régulé. A Londres, il m’emmena dans quelques uns des lieux les prestigieux (et surranés) de la Vieille Angleterre : la salle des Gouverneurs de la BBC, The Athaeneum Club, sur Pall Mall. C’est à Manchester, berceau de la théorie du libre-échange, que j’ai écrit mon premier rapport sur la nécessité d’un certain protectionnisme culturel européen. Avec George Wedell et quelques autres, nous imaginions ce que pourrait devenir une Europe de l’audiovisuel. Pas mal de choses se sont mises en place depuis : un cadre réglementaire pour la circulation des services audiovisuels, un fonds européen de coproduction cinématographique, le Programme MEDIA, l’Observatoire européen de l’audiovisuel, un réseau européen des instances de régulation,…

En matière audiovisuelle, les entreprises britanniques (et en particulier les filiales des entreprises US installées à Londres) ont été, et de loin, les principales bénéficiaires de l’ouverture du marché européen. J’ai calculé qu’en 2013, les entreprises britanniques de diffusion ont collecté sur le continent 2,1 milliards d’EUR, soit près de la moitié du chiffre d’affaire de la télévision européenne transfrontalière. En comparaison, la progression de la distribution des films continentaux dans les salles de cinéma britanniques était bien maigre, mais elle existait, notamment grâce aux dispositifs du Programme MEDIA. Alors que Le gamin au vélo des frères Dardenne, n’avait réalisé en 2011 que 4 % de ses entrées européennes au Royaume-Uni, la proportion atteignait pratiquement 10 % en 2014 pour Deux jours, une nuit. Il est probable que le Royaume-Uni restera (comme la Norvège) dans le cadre de la Directive sur les Services de Médias audiovisuels, qui permet à ses chaînes de télévision de cibler les marchés européens. Sinon, la Convention du Conseil de l’Europe sur la télévision transfrontière permettra la continuation de circulation des chaînes vers le continent, sans véritable contrepartie. Il reste à espérer que les collaborations positives, telles que le Programme MEDIA et l’Observatoire européen de l’audiovisuel, ne seront pas abandonnées, malgré la sortie de l’Union. La création de l’EFAD, le réseau des directeurs d’agence de cinéma, est le résultat de la bonne entente de l’ancien directeur du CNC avec celui du UK Film Council et ce réseau a permis de contenir les attaques doctrinaires de la Commission européenne contre les aides publiques.

Discuter avec les Anglais n’est jamais simple, mais toujours instructif : ils ne rêvent pas. Les conservateurs britanniques (et avec eux les néo-libéraux et l’aile droite du Labout) payent aujourd’hui le poids de leur politique mercantile et financière : ils ont bloqué une Europe politique et sociale et le peuple britannique censure durement cette politique, dans un mouvement de repli qui n’est pas épargné par le racisme et le nationalisme le plus primaire. Le risque le plus grand est que cette tentation du repli ne continue à se propager en Europe. Il faut rendre son âme et sa réalité quotidienne au projet européen, sinon nous allons à la catastrophe.

Lorsque je vivais à Manchester et qu’il ne pleuvait pas, j’aimais me promener sur les petits routes du Lake District, cette région magnifique qui fut l’un des espaces du romantisme anglais. Je me souviens qu’aux bords des routes, des panneaux signalaient des pentes très fortes, qui donnaient le vertige. Comme les courbes du cours de la livre sterling sur les écrans des traders. Lorsqu’on était arrivé en bas, non sans émotion, d’autres plaques indiquaient « You were warned ».

Paris, 24 juin 2016.

Voir mon album « Manchester Fading Memories (1986-87). »

Enregistrer

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.