Retour à « La comédie humaine ».

Après près de cinq ans d’interruption, je me suis remis à la lecture de « La comédie humaine ». Je ne sais plus trop où je m’étais arrêté et je relis avec plaisir ce que je croyais ne pas avoir lu : Modeste Mignon, Un début dans la vie, Albert Savarus, Une fille d’Eve, Honorine. J’oublie, j’oublie. Et la plupart des pages du blog « Le Paris de Balzac n’existe pas », que j’avais entrepris ici-même en 2009-2010, sont perdues. Heureusement, l’actualité parisienne reste, quant à elle, terriblement balzacienne.

balzac

La Comédie humaine (Photo André Lange-Médart, 2009)

			

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.