Gare du Nord aux chants de l’aube

Gare du Nord aux chants de l’aube, en chemin vers la vallée grise. J’emmène avec moi La musique pour piano de Robert Schumann. Retrouvé l’autre jour, égarée dans un carton de livres italiens, cette étude de Marcel Beaufils s’ouvre par une admirable préface de Roland Barthes : « L’amour de Schumann, se faisant aujourd’hui d’une certaine manière contre l’époque (j’ai esquissé les motifs de cette solitude), ne peut être qu’un amour responsable : il amène fatalement le sujet qui l’éprouve et le prononce à se poser dans son temps selon les injonctions de son désir et non celle de sa socialité. »

Paris, 29 décembre 2014.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.