Syndrome littéraire du samedi matin.

Syndrome littéraire du samedi matin. Après quelques activités ancillaires, je me promène dans Strasbourg pas encore envahie. La cathédrale, ce matin, est d’une délicatesse sublime, presque blanche sous le soleil d’hiver. Le samedi matin, en traînant dans les librairies, je fais des grands projets de cycles de lecture, jamais accomplis. Aujourd’hui je me dis qu’avant de quitter cette ville, je devrais lire les deux volumes d’oeuvres des romantiques allemands, dans l’édition de Maxime Alexandre, cet ami local d’Aragon et de Denise Levy. Depuis quelques jours j’ai une saudade étrange de ce Rhin européen, si proche et que je ne vois jamais. M’enivre de la musique de Robert Schumann, qu’évidemment il ne faut pas suivre jusqu’au bout. Quatre jeunes gens (deux français, deux chinoises) viennent d’enregistrer ses quatuors à cordes. Au téléphone, le disquaire de la Rue des Juifs raconte comment il a été brutalement renversé et sévèrement blessé en sortant de son magasin. Grande envie d’aller voir le fleuve (comme Jean-Christophe à la fin de son roman). Las, il est temps d’aller au bureau achever mon oeuvre statistique.

Strasbourg, 8 novembre 2014.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.