Elégance

Il faut être reconnaissant à Camille Esmein-Sarrasin, éditrice des oeuvres de Madame Lafayette dans La Pléiade, d’évoquer dans son introduction les avanies infligées naguère à La Princesse de Clèves par un homme politique, dont elle a l’élégance de ne pas citer le nom. Cela permet de relire ce roman sans avoir le sentiment de se préparer à une rentrée politique qui s’approche à grands pas.

Strasbourg, 18 août 2014.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.