Moi qui pâlis au nom de Dolembreux

Bien arrivé dans ma petite patrie. La descente de Bastogne vers Liège, seul dans la nuit sur l’autoroute, est toujours aussi vertigineuse. A chaque fois, j’essaye de me souvenir de ce poème de Marcel Thiry, qui évoquait la route de Strasbourg à Liège, phares dans la nuit. Le poète parlementaire était d’une autre époque, sans autoroute. Mais il en avait vu d’autres : la traversée de la Russie en 1917 avec une automitrailleuse, c’était quand même plus épique qu’une victoire des Diables rouges sur les Russes blancs. Moi qui pâlis au nom de Dolembreux.

Mons-lez-Liège, 25 juin 2014.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.