Romans de choses

L’ordre dans lequel je lis des romans est très aléatoire ; il y a donc une sorte de hasard objectif, lié aux choses mêmes, à ce que je termine à deux jours d’intervalle Le désir d’une chose de Pasolini et Les choses de Perec.

Pasolini : « Tout à coup, il pointa un doigt vers Nini, mais son bras retomba aussitôt, tandis qu’il recommençait à prononcer en gémissant des mots incohérents. « Une chose, semblait-il dire, une chose. » Et il faisait allusion, comme en clignant de l’oeil à un fait que Nini et Milio connaissaient bien. Mais il ne parlait pas, il n’arrivait pas à dire ce que c’était. Il l’avait dans les yeux. Il ne serait pas arrivé à le dire quand il était fort et plein de vie ; imaginez s’il pouvait le dire maintenant qu’il était en train de mourir. »

Perec : « Ils s’asseyaient et ils mettaient en marche leurs magnétophones, ils disaient hm hm avec le ton qu’il fallait, ils truquaient leurs interviews, ils bâclaient leurs analyses, ils rêvaient, confusément, d’autre chose« .

Comparée à celles des jeunes frioulans de l’après-guerre, l’aliénation des jeunes psycho-sociologues parisiens du début des années 60 a quelque chose de dérisoire ; peut-être est-ce dû à qu’elle nous est moins exotique.

Lisbonne, 13 août 2013.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.