« Nous n’avons pas lu le Coran » de Youssef Seddik

Si je comprends bien, Seddik suit la même démarche que celle que firent en leur temps Spinoza et Martin Luther par rapport à la Bible : remise en question radicale de la tradition exégétique et réinterprétation. Il montre notamment les traces de philosophie grecque ou les références à Alexandre le Grand que l’on peut trouver dans le Coran et jusque là tues ou niées par la tradition. C’est passionnant, parfois un peu compliqué, sinon obscur. Comme Frazer et Benveniste, Seddik pratique des rapprochements étymologiques créatifs et stimulants, mais que des linguistes positivistes ne manqueraient certainement pas de relativiser. Malgré ce travail sur l’historicité du texte, Seddik ne va pas jusqu’à la remise en cause de son statut de texte dicté par Dieu..

Strasbourg, 11 septembre 2011?

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.