Notre petite Chine

jardinEn ce printemps 2009, après les émotions et nuisances suscitées par le sommet de l’OTAN, Strasbourg retrouve son excès de calme et notre jardin offre un délice de couleurs : jaunes des forsithya, roses et mauves d’un splendide magnolia, de cerisiers du Japon, des lilas et des glycines de Chine. Je suis particulièrement fier de celles-ci, car je les ai plantées, en souvenir de ma mère, qui les aimait temps. Le jardin, je l’appelle « notre petite Chine », en souvenir de la tranquillité des jardins de Suzhou et de l’érémitisme chanté par Bo Juyi dans son Zhongyin

L’érémitisme médian est convenable
Une retraite en poste à la capitale de l’Est,
A la fois en charge et en réclusion,
Sans être pris ni par le surmenage ni par l’oisiveté.

jardin-4 jardin-3 jardin-2

Au fil des jours, je réalise un album uniquement consacré à ce jardin et un autre aux enivrantes glycines qui décorent le quartier allemand de Strasbourg.

glycine

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.