LES BELLES LECTRICES (dans les films de Jean-Luc Godard)

 

  • 3. Entre le chagrin et le néant…    
Dans A bout de souffle (1960) de Jean-Luc Godard, Patricia Franchini (Jean Seberg) n’a pas le temps de lire. Pourtant, elle envisage d’écrire un roman. Un journaliste américain, Van Doude (Van Doude), lui offre Les palmiers sauvages de William Faulkner.
 
cap039

Visiblement, elle voudrait lire, mais son amant Michel Poiccard (Jean-Paul Belmondo), a visiblement un autre projet en tête.

abs2

 

 

 

 

 

 

Entre tentation et agacement, elle cite la dernière phrase du roman : « Entre le chagrin et le néant, je choisis le chagrin ».

 

DVD_VR_2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.